Produits BIO : les risques liés à leur consommation

Les produits BIO sont-ils sûre pour notre santé ?

Les produits BIO issu de l’agriculture biologique sont un marché qui suscite un grand intérêt auprès des consommateurs mais également auprès des producteurs. Ces produits sont au cœur du souhait des consommateurs de prendre soin de leur santé en améliorant leur hygiène de vie. En 2021, 9 personnes sur 10 ont déjà consommés du Bio et 7 personnes sur 10 déclarent en consommer régulièrement. Cependant, il suscite toujours un risque quant à leur consommation car ce sont des produits qui sont peu traité contre certains contaminants. Dans cet article, nous allons étudier les différents risques sanitaires que peuvent représenter les aliments Bio.

Qu’est ce que l’agriculture biologique et les produits BIO ?

Tout d’abord, nous allons donner une définition de l’agriculture biologique. Selon l’INSEE, « l’agriculture biologique est un mode de production agricole excluant l’emploi de substances de synthèse, tels que les pesticides, les médicaments ou les engrais de synthèse, et d’organismes génétiquement modifiés« .

L’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) définit l’agriculture biologique comme ayant des pratiques environnementales optimales, un respect de la biodiversité, une préservation des ressources naturelles et du bien-être animal. Tout en excluant l’usage des OGM et en limitant l’usage des intrants.

Les produits Bio sont de ce fait représentés par l’ensemble des aliments respectant le cahier des charges établit par l’agriculture biologique.

Historique de l’agriculture biologique

Voici un résumé des dates importantes ayant façonnée l’agriculture biologique :

  • En 1920 : Création du courant « Biodynamique » qui pose les bases de l’agriculture biologique;
  • Année 70 : La Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB) développe le GRAB (groupe de recherche en agriculture biologique).
  • En 1980 : Premier texte de loi stipulant une absence de pesticides et de produits chimiques dans les produits issus de l’agriculture biologique.
  • Lors de l’année 1985 : Développement du premier cahier des charges correspondant au label « Agriculture Biologique ».
  • En 1991 : Première règlementation européenne.

Les chiffres de la consommation de produits BIO

Répartition des achats des ménages par famille de produits bio en 2019
Source : Agence BIO / AND-international, 2020

Ce graphique réalisé par l’agence Bio exprime la répartition des achats des ménages par famille de produits bio en 2019. Nous pouvons observer que les produits d’origine biologique les plus consommés sont majoritairement ceux de la catégorie de l’épicerie ainsi que les fruits et légumes. L’agence Bio a également communiqué les produits ayant connu une forte croissance c’est à dire une augmentation supérieure ou égale à 15%. Les aliments qui ont connu la plus grande progression sont les aliments surgelés (+31%), suivi de la bière (+24%).

Modes de distribution des produits Bio

Les modes de distribution des produits Bio ont également évolué. Nous pouvons observer que l’achat de ces produits se fait toujours majoritairement via la grande distribution suivi d’une large progression des magasins spécialisés dans le Bio.

Quelle est la réglementation de ces aliments ?

Les labels biologiques

Un label « Bio » est un signe de qualité qui imposent des conditions précises en termes de production et de vente de produits biologiques :
– sans produits chimiques,
– sans Organismes Génétiquement Modifiés (OGM),
– respectueux de l’environnement et du bien-être animal.

La réglementation de l’Union Européenne

Au sein de l’Union Européenne, il existe deux règlements relatifs à la production biologique, à l’étiquetage et au contrôle des produits Bio (le règlement n°834/2007 du 28 juin 2007 et le règlement n°889/2008 du 5 septembre 2008). Ces règlements fixent de nombreux points clés :

  • Non utilisation : OGM, pesticides, engrais artificiel et d’antibiotiques.
  • Respecter : rotation des cultures, engrais verts, contrôle naturel des ravageurs, bienêtre animaux.
  • Produits biologiques : 95% ingrédients biologiques (5% liste stricte).
  • Stockage identifié des matières premières et produits finis bio.
  • Production séparée dans le temps et dans l’espace des productions conventionnelles.
  • Logo européen obligatoire et AB facultatif.
  • Etiquetage : origine des matières première et code de l’organisme certificateur.

Cahier des charges Français sur l’importation et la réglementation

Ce cahier des charges est présent afin de compléter les dispositions des deux règlements européens cités précédemment. Cela implique une fixation des modes de production biologique d’animaux d’élevage, de la production d’aliments pour animaux et de la restauration hors foyer à caractère commercial.

Au niveau des importations, le cahier des charges comprends des mesures et des normes de contrôle équivalentes à celles de l’Union européenne ainsi que pour certains pays, des vérifications des mesures de contrôle.

Les risques liés aux aliments et produits Bio

Les produits Bio devant respecter un cahier des charges précis excluant l’utilisation de pesticides et autres produits chimiques. Il est de ce fait possible que certains produits subissent des contaminations par différents agents.

Contamination bactériologique des produits Bio

La majorité des pratiques biologiques :augmentent le risque potentiel de contamination bactériologique. C’est notamment le cas du fumier servant à la fertilisation des sols). La consommation de fruits et légumes crus contribue également à l’augmentation du risque de contamination.
Nous nous basons ici sur l’étude Berger CN et al : Fresh fruit and vegetables as vehicles for the transmission of human pathogens. Etude ayant comparé la contamination bactériologique entre les produits agricoles biologiques et les produits agricoles conventionnels. D’autres études démontrent également une augmentation du nombre d’infections intestinales.
Il y a de ce fait un risque potentiel microbiologique supérieurs pour les aliments Bio mais cette tendance n’est pas applicable à toutes les études. Cependant, il serait peut être intéressant de nettoyer ses fruits et légumes et de favoriser les plats cuisinés afin de limiter le risque d’infection.

Il existe plusieurs voie de contamination bactériologique pour les produits Bio :

  • Phase pré récolte: risque de contamination par le sol de part l’utilisation de fumier, ou via certains animaux.
  • Etape post-récolte : risque provenant de l’environnement, de la manipulation humaine ou de certains animaux.
  • Phase de stockage : contamination pouvant provenir des conditions de stockage (circulation de l’air, humidité, etc).

Heureusement, la production agricole biologique réalise des contrôles qualité afin d’assurer la sécurité des consommateurs. Ces contrôles passent par l’application des normes HACCP ainsi que des bonnes pratiques agricoles et d’hygiène.

Contamination par des pesticides

Les produits Bio sont censé être dépourvue de pesticides. Les producteurs utilisent ainsi des méthodes naturelles comme des prédateurs naturels (ex: coccinelles, oiseaux…). Cependant, dans certains cas il est possible que certains produits Bio subissent des contamination dite croisée lorsque certaines cultures adjacentes ne sont pas biologiques. Dans certains cas, cela peut être également une ignorance du producteurs ou encore une mauvaise compréhension de la règlementation. Pour parer à cela, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) contrôle la production agricole biologique.

Contamination par des mycotoxines

Les mycotoxines sont produites par certaines moisissures (ou champignons) sur les plantes au champ ou en cours de stockage. Parmi ces molécules toxiques, les plus connues sont l’aflatoxines, la patulines etc. Leur sécrétion se fait par des moisissures comme aspergillus ou penicillium etc. Celles-ci se développe dans des conditions spécifiques, notamment en présence d’humidité.
Ces mycotoxines peuvent induire certaines maladies comme une intoxication du foie ou un cancer.
Le risque de contamination n’est pas différent pour les aliments Bio et les aliments conventionnels. Car tout va dépendre des conditions de stockage qui sont souvent les mêmes. Le Règlement n°1881/2006 autorise un taux maximal d’aflatoxines de 4µg/kg d’aliments.
Afin de lutter contre le risque de mycotoxines. Des contrôles sont effectués sur le respect des conditions de stockage et séchage ainsi qu’une vérification des taux de mycotoxines.

Conclusion

Malgré les risques présentés par les aliments Bio, leur attractivité pour la santé et l’environnement reste sans équivalents à ce jour. Grâce à une réglementation complexe, les produits Bio ne représente pas un plus grand risque que les aliments conventionnels. Cependant, les aliments Bio s’intègrent parfaitement dans une alimentation saine et équilibrée. Il sera toujours préférable de consommer des aliments Bio plutôt que des aliments ultra-transformés pouvant avoir un impact négatif sur la santé.

adn-nutrition, l'alimentation à votre service !
ADN-nutrition

Oh salut 👋
Je suis ravi de vous rencontrer.

Inscrivez-vous pour recevoir en avance les nouveaux articles ainsi que des conseils de qualité dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.